dimanche 31 août 2008

Lectures Musicales

J'ai fini ce matin le livre "Pink Floyd par Nick Mason", une histoire de ce groupe majeur de la musique du 20ème siècle (ça attaque fort). NdE: pas eu moyen Lefty maintient son opinion au sujet de Pink Floyd.

J'avais lu juste avant les vacances "Clapton par Clapton", l'autobiographie de Slowhand, un des guitaristes majeurs de l'histoire du rock (il est reparti). NdE: pfff, laissez, ça lui passera.

Très honnêtement, les 2 bouquins m'ont laissé sur ma faim, et j'ai presque envie de les mettre à l'index.

Plus sérieusement, les 2 larrons sont d'outre-Manche et ça se sent; le ton est policé, très anglais, comme l'humour qui parsème ces ouvrages: lisse, bien rond, annulaire, oserai-je dire.

Problème: entre pudeur britannique et langue de bois, l'espace est restreint, même pas un pouce (NdPsy: notez toutes les implications sexuelles de cette phrase. Lefty se découvre enfin à une analyse lacanienne - par contre, il n'a pas réussi à caser auriculaire).

Clapton se découvre un peu là où il le veut, insiste sur des trucs anodins et fait des impasses énormes (nickel, avec cet adjectif, pas besoin de réfléchir au genre du mot impasse, NdE qui est féminin) sur des questions que nous, public, nous posons.
Il joue à un petit jeu marrant, par exemple, en citant très peu de ses conquêtes, que l'on sait nombreuses: Pattie Boyd, puis la mère de son fils Connor, également son épouse actuelle, et puis, une certaine Carla; il n'insiste que sur ces 4, il ne va pas s'épancher sur Sheryl Crow, par exemple, trop dangereux. Par contre, Carla, oui, c'est porteur. On en déduit qu'elle l'a beaucoup marqué, le fait qu'elle soit devenue ce que vous savez n'a bien sûr aucun rapport (le fait était connu avant la publication du livre - NdPublic: les avis sont partagés là-dessus.). Un peu de provoc'? c'est un vrai rebelle, cet homme-là..

Du point de vue musical, même si on comprend qu'il ne peut pas citer tous les musiciens qu'il a rencontrés ou qui ont influés sur sa vie, on peut trouver les choix qu'il fait...surprenants (où sont Andy Fairweather Low? Billy Preston? BB King? Nathan East? Derek Trucks? et tant d'autres).

Par contre, on y parle addiction comme c'était prévisible, mais, là aussi quelque chose sonne faux, une impression bizarre...

Le mot de la fin: Buddy Guy est le plus grand guitariste du monde. Connaissant EC, il en aura trouvé un autre dans 6 mois, ce genre de réflexion est commun chez lui, mais devient agaçant.

Mon point de vue? Bouquin à lire, mais n'attendez ni miracle ni surprise: attendez plutôt une biographie iconoclaste et non autorisée (c'est pas demain la veille).

L'opus de Mason, c'est autre chose: voilà un gars qui a le courage de se lancer dans une entreprise périlleuse, i.e. écrire un bouquin sur un groupe énorme où les tensions personnelles ont joué un rôle majeur, avec en point de mire d'obtenir la bénédiction des 3 autres parties interessées...

Mission accomplie, mon brave Nickie, mais au prix de quelle censure? Manifestement cossue.
Les récits de concerts, les préparations d'effets spéciaux, la gestation douloureuse de certains albums (la plupart), très bien. Les vrais rapports entre les personnages, et, surtout la véritable opinion de Nick Mason, cherchez pas. Ou alors, Nickie a "vendu" ses opinions et états d'âme à l'encan, préférant (et ça, c'est clair) les voitures de collection et les séjours dans les îles aux questions existentielles...Dommage, car nous, public, sommes interessés, attirés comme des chacals par le scabreux ou l'indécent, à la fois dédaigneux et cupides des "voici-galateries"...

Mon point de vue? Bouquin à lire, y'a plein d'anecdotes interessantes et c'est bien structuré, par contre, émotionnellement plat.

Si vous les avez lus, j'aimerais avoir votre avis.

Quant aux 2 interessés, je sais bien ce qu'ils me diront lorsqu'ils liront cet article (ensemble du staff leftynien: LOL) : "hey dude, it's MY fucking book, did you know that?"...

C'est sûr que l'autobio de BH "Kickass" Chombier, pour l'instant, c'est un A4 plié en 2...

samedi 30 août 2008

News From David

Vous n'allez pas tarder à penser que je fais une fixette sur le personnage, mais ça n'est pas de ma faute s'il est encore une fois à l'affiche de mon actualité musicale...

Le 22 septembre 2008 sera la "release date" de la "Black Strat" David Gilmour et la date de sortie (en français dans le texte) du CD, ou plutôt des CD et/ou DVD "Live In Gdánsk" du même guitariste de Pink Floyd.

Cet opus, issu du vaste projet "On An Island", est donc un double CD du dernier concert de la tournée 2006, qui a eu lieu à Gdánsk en 2006, et servi de fête anniversaire du syndicat Solidarnösc.

Il a eu lieu devant 50000 personnes, avec le groupe de la tournée 2006 de Gilmour, accompagnés par le Baltic Philarmonic Orchestra.

Il sera dispo en 4 ou 5 versions différentes (CD, CD &DVD, CD &DVD & Capuccino..).

Quel intérêt d'avoir un énième CD de Gilmour, où il joue les mêmes morceaux que dans "Remember That Night"? Eh ben, mais, c''est aussi ça, être fan, vouloir absolument avoir toutes les versions de l'idole, et, surtout, éviter qu'il finisse dans la dèche.

The Blue, version Gdánsk (lien de sécu)




au passage, je suis en train de lire "Pink Floyd" par Nick Mason, manière de donner des sous à tous. Manque juste Rick Wright. Roger Waters? Plutôt donner au denier du culte.

lundi 25 août 2008

Mais où est donc la lumière?

En tout cas, John Mayer l'a vue.

Déçu de ne pas être gaucher, il attaque son set en power trio avec, eh bien, pourquoi le cacher, ma Strato qu'il a un peu bricolée...c'est un bon pote à moi, j'ai même son portable.

Il a même écouté mes conseils, de petites critiques de son style débraillé, je lui avais demandé de la "rigueur vestimentaire", il est peut-être allé un peu loin...

Tout ça pour vous dire qu'actuellement, je commence à regarder ce long DVD de 2h30, "Where The Light Is", ou John Mayer dans ses oeuvres, en Live au Nokia Theatre de Los Angeles. Le set est divisé en 3 parties: acoustique, power trio et full band.

Sans être un fan du personnage, je suis tout de même ce qu'il fait, il arrive à caser des pépites dans une production, hum, pop-rock (au passage, je vous parlerai également bientôt de mon écoute, mieux vaut tard que jamais, du dernier Jonny Lang de 2006, ça fera du bien a mon Karma).

Donc, cet article est une preview de l'article que je pondrai quand j'aurai eu le temps de visonnécouter (néo-lefty.com) le bouzin.

Ah, oui, c'est vrai, j'avais oublié de vous dire: j'ouis à nouveau. Si, si, pas mieux qu'avant, certes mais pas plus mal, avec un traitement de cheval, tout passe chez les vieilles carnes, sauf la...bref, j'me comprends.

Belief (lien de sécu)


dimanche 24 août 2008

Finir dans le mauvais goût.


Bon, les Olympiades, c'est peut-être pas votre truc.


Mais là, le comble pour des Jeux "à discussion" au pays des chinois...



On finit par
ça (lien de sécurité)




heureusement qu'ils ont pensé à couper le son. la femme chante aussi mal que Robert Plant, et le mec joue aussi mal que Jimmy Page.


HEY, MAIS
C'EST JIMMY PAGE!!!
Blogged with the Flock Browser

mercredi 20 août 2008

Songsterr

Aimablement renseigné par Sobe qui, décidément, a toujours un oeil qui traîne (allez donc voir son étude d'un browser qui pourrait vous interesser), je vous parle aujourd'hui de Songsterr, un système de lecture de tablatures online.

Pour les utilisateurs de GuitarPro, le concept de logiciel qui lit des tablatures, si possible avec un bruit de guitare réaliste, vous est familier.

Là, il s'agit de la même chose online et a priori gratos.

Seuls hics pour l'instant, pas mal d'effets non disponibles (bend, pulling off, hammer on, etc.) {non, etc. n'est pas un effet, c'est pour dire qu'il y en a d'autres}, et peu de morceaux sur le site.

Tous ces problèmes devraient être corrigés par la suite, si l'on en croit la profession de foi du(des) auteur(s) que je vous invite à lire sur la partie blog du site, en anglais, par contre.

Une affaire à suivre?

mardi 19 août 2008

Celle-là, je ne l'avalerai pas.

Comment meubler un blog quand on n'a rien à dire et peu de temps pour le faire?

Soyons anecdotiques.

Ce jour 13h30, je viens de terminer mes chirurgies, je vais bouffer mon sandwich avant de lire Midi Libre en attendant le premier rendez-vous de l'après-midi.

Coup de bigniou de Leftynette. Panique à la maison, il y a "un serpent d'au moins 80 cm dans la cuisine". Bon, vous connaissez les femmes et les serpents, les rapports ont toujours été tendus.

Me voilà parti (j'ai oublié de me changer, toujours en blouse). Arrivée at home, allons constater: merde, c'est quoi, ce truc planqué entre la console de chauffage et le meuble?...

Bon, je m'équipe: un lasso "noeud coulant" (fabrication Lefty) et un balai, et je titille le monstre. Qui...fait un bond d'un mètre pour se retrouver sur le plan de travail en me faisant des bruits signifiant clairement que je suis importun.

Bon, comme je joue à domicile, je passe mon lasso, je serre et j'embarque. Pt1, mais c'est que j'ai du mal à porter le truc, et qu'elle essaie de me fouailler de la queue, la saloperie...

Traversée du jardin et remise en liberté dans la pampa tout au fond, avec injonction de ne plus s'approcher de chez moi. Hum? Non, je ne l'ai pas zinguée, les reptiles sont tous protégés, et puis, ça aurait fait des cochonneries chez moi.

Grosse boulette, j'ai oublié de la faire prendre en photo par le fiston, merde, vous ne me croirez donc pas quand je vous dirai que sa taille était comprise entre 1,20m et 1,50m, taille tout à fait courante pour la couleuvre de Montpellier, en l'occurence plutôt "vers Nîmoise"...un superbe mâle à l'air méchant et à l'audace habituelle dans cette espèce, qui aime bien venir près des maisons. Mais dans ma cuisine, merde, c'est abuser, quand même!

Quelle aventure...

dimanche 17 août 2008

Comment?

...comme quoi, à force d'entraînement, on finit par ressembler à ses idoles (un bien grand mot, ça, moi qui serais plutôt idoloclaste {je sais, néologisme.lefty.org}).

Non pas que le grand Beethoven (z'avez vu, pas fait de jeu de mot débile, aujourd'hui, je sais me tenir) en fasse partie, mais par contre, il appartient bien au sous-groupe de population des durs de la feuille.

Le grand Slowhand lui-même, que vous voyez grimacer de douleur sur la photo, le fait parce qu'il a mal à la zoreille. Il avoue en effet être pratiquement sourd, mais refuse tout appareillage, ne voulant pas de déformation des quelques bruits qu'il entend encore.


Non, la photo ci-contre ne représente pas un orifice poilu de votre serviteur, mais une image d'otite externe prise sur le Ouèbe. Pathologie dont je souffre depuis quelques jours côte droit, ça n'est pas une sinécure (NdE: qui a dit "ouais, c'est pas faux", il a gagné, c'est dans "la botte secrète I").



Bilan: j'entends rien à droite, et comme la gauche est déjà "naturellement" déficiente, c'est pas le top. En bref, pas de musique dans la semaine qui vient, ça fait trop mal.

Blues.

mercredi 13 août 2008

La Fender qui change tout?

Après une remarque de Sobe, toujours à la pointe de la technologie, mais qui fait encore parfois des erreurs de calcul (cf photo: "merde, j'ai oublié la retenue!") et qui me soumettait une Gibson SG Robot, d'un violet absolument, comment dire... violet, je me suis repenché sur l'ex-nouveauté de Fender : la Stratocaster VG, dont vous avez les specs ici.

Conçue avec Roland, elle fait partie de la famille des guitares à modélisation (cf les Line6), et permet, avec 2 boutons de réglages, de bénéficier de micros modélisés (Télécaster, humbuckers, acoustiques, barytone...) et d'accordages non-standards ( dropped D, G, DADGAD...).

Réponse à la LesPaul HD.6-X?

A la base, il s'agit d'une Stratocaster American Standard, et elle le reste si vous n'avez plus de piles pour faire fonctionner le bouzin.
Avec ça, plus la peine de se prendre la tête dans des modèles signatures, ou autres dilemmes du style: bientôt, uns strato sortira, avec, cette fois-ci, l'ensemble des micros disponibles sur le modèle en modélisation (logique): 57, Lace Sensors, Noiseless, Texas Specials, 62, etc...

Pourquoi pas?

Ça reste de la modélisation, vous me direz. Ouais, mais pour 1950€ prix constaté, on va pas crier au loup...

Je vous blogue la vidéo promotionnelle et explicative de Fender, où vous pourrez voir l'inénarrable Greg Koch vous faire pleurer par son talent...

NB: la vidéo est intéressante grosso modo entre la 4ème et la 7ème minute, à peu près.

VG Stratocaster (lien de sécu)




gosh...

mardi 12 août 2008

Première Contribution

...ou nous ne parlerons pas de fiscalité.

j'lai dit, j'le fais.

ma première contribution à la Wikipédia, avec la traduction de l'article anglophone sur John Jackson (trop lol, le lien...), dont au sujet duquel j'avais blogué un article que je vous rappelle.

à force de me faire "stimuler" par Sobe, et suite à la lassitude qui me fait dire que si on ne fait rien en français, ben c'est sûr qu'on devra apprendre à (bien) parler anglais, mon nationalisme sous-jacent s'est réveillé (je vous rassure, il est allé se recoucher) et j'ai fait ce petit truc sur un coup de nerf.

sympa, la syntaxe Wikipédia, quand même...

à quand un espéranto informatique, hein Sobe?

parce que, pour l'instant, c'est Babel Web.

NdE: et il se croit drôle...

The Black Strat

Avouez que vous en rêviez!

Depuis le temps que le Custom Shop® Fender™ existe, il a produit des guitares de qualité, avec l'aide et le conseil de guitaristes renommés, utilisateurs évidemment, et même très branchés sur un modèle en particulier.

Un des artistes de la Strat, peut-être le plus "grand" (pas par la taille), n'avait pas encore son modèle signature.

A un point que c'était surprenant...

A partir du 22/09/08, vous ne pourrez plus dire pareil: elle arrive, elle est presque là, ça n'est pas Blackie, elle s'appelle "The Black Strat", et elle est, vous l'aurez reconnue, conçue sur les spécifications de Mr David Gilmour.

Guitare mythique, vous dis-je, (on a même écrit un bouquin sur elle!), utilisée depuis "Atom Heart Mother", achetée en 1970 par DG, modifiée "little by little", "bit by bit" (par Gilmour et surtout Phil Taylor, son "tecnic-man, auteur du bouquin) au cours des décennies, parée d'un pickguard noir depuis 1974 ("Dark Side Of The Moon"), elle sera disponible en 2 versions, NOS (new old stock), guitare vintage que vous auriez trouvée flambant neuve dans un grenier (c'est la définition), ou Relic®, c'est à dire guitare vintage toute pourrie que vous avez volée à DG pendant le concert de Gdansk...

Ah oui, j'oubliais! Le CD/DVD du concert susnommé paraît en même temps que la guitare, et sera offert si vous l'achetez.

Que dire? Je n'ai pas d'idée particulière sur les guitares Custom Shop®, sauf qu'elles coûtent des sous, mais, bon, l'artiste amène ses spécifications, ça vaut peut-être le coup. Parlez m'en, si vous avez la chance de disposer d'une Blackie, d'une Mark Knopfler, d'une Yngwie Malmsteem escalope (c'est pas ça?), d'une Bernard Henri "Kickass" Chombier manche inversée...

Ces derniers temps, les "signateurs" se sont multipliés, au point de susciter l'ire des puristes (ouais, signature John Mayer, et pourquoi pas Dick Dale? euh, ben pasqu'elle existe déjà...), et le phénomène ne joue pas que chez Fender™®.

Mais quand même, la Black Strat de Davidou....cracherais pas dessus, moi.

Mais si, vous la connaissez, regardez:

Castellorizon (lien de sécu)



quel son!

La Newz du jour: le Melody Maker annonce la sortie pour le 01/04/2009 d'un nouveau modèle signature par le Custom Shop Fender®. Il s'agira de "The White Strat", en collaboration avec un certain LeftandMike.
L'ensemble de la presse se pose LA question:

"mais pourquoi si tard?"

dimanche 10 août 2008

Robert Fripp

...ou "progressons dans les bois" avec Mr Robert Fripp (on évitera de l'appeler Bob, je suis sûr qu'il aime pas).

De l'épopée King Crimson à la musique de...WindowsVista, il est partout où il y a des plans foireux. Foireux, mais progressifs, enfin, à part pour Vista.

Maître exigeant, entouré de disciples dévoués, gourou moderne de la guitare prog', avec un seul mot d'ordre: DISCIPLINE. C'est d'ailleurs comme ça qu'il appellera le disque de reformation de King Crimson, dans les années 80.

Expérimentateur, prototype du savant fou ( rappelez vous les "Frippertronics"), toujours des petites lunettes rondes, cheveux courts quand tout le monde les avait longs, museau retroussé (chez moi, on dirait "figure de fouine"), il est l'archétype du chercheur insatisfait, le plus classisant (?) des modernes, chez lui, on n'improvise pas, on interprète.

Il a ses potes, ses habitués, Adrian Belew, Tony Levin, entre autres, ce dernier avec son "Stick", peut pas jouer de la basse, comme tout le monde...Robert, lui, aime sa LesPaul noire avec vibrato.

Un apôtre d'un style musical qui n'est plus à la mode, mais un courageux, les scientifiques diraient: c'est un chercheur, il prend des risques, il ne se contente pas de broder sur les inventions des autres...

Pour moi, une source d'inspiration dans ce style de jeu ( la similitude Fripp-Hackett ne doit pas vous échapper), mais un adepte d'une musique par certains côtés difficile à suivre.



Atypique.

A la rédaction de cet article, je prends une résolution: je vais me mettre à bosser un peu pour Wikipédia, au moins faire des traductions d'articles en anglais, parce que la pauvreté des articles français sur la musique rock arrive à me faire ch...pitié.


Kan-Non Power (lien de sécu)




Riverman (avec David Sylvian) (lien de sécu)


vendredi 8 août 2008

GTR

C'était le nom du groupe fondé en 1986 par Steve Hackett et Steve Howe, en manque respectivement de Genesis et de Yes.

Ça sera une illustration du fait qu'un ensemble peut être très nettement inférieur à la somme de ses parties...

L'expérience a duré un an, un album et une tournée (tiens, comme Blind Faith). Rien de bien génial, hélas, beaucoup d'espoirs déçus, vous vous ferez une idée générale de l'album à travers le morceau blogué (y'en a plein disponibles sur TonPipeline, si ça vous plaît...)

Je vous blogue un morceau filmé pendant une tournée allemande du "Supergroupe", vous y retrouverez nos deux lascars, dans leur expérience, avec un Steve Hackett inhabituellement equipé d'une Strato mais qui joue son type de background classique, un Steve Howe qui délaisse ses hollow bodies coutumières, et un chanteur particulièrement insupportable du nom de Max Bacon (presque aussi chiant que Francis), à qui l'on ne rêve pas de serrer la main mais de planter un coup de boule. Y a des haines épidermiques incontrolables (NdPsy: oui, je rentre aussi de vacances - Lefty est quand même à surveiller, il est, vous le savez déjà, pathologique grave, mais à tendances violentes - le Valium 10000 a été inventé pour son cas, après le 5000 conçu, lui, pour Chuck Norris).



Here I Wait (lien de sécu)




mmmouais...

jeudi 7 août 2008

On n'en parle jamais...

...et pourtant!

Je ne pense pas avoir lu d'article sur la guitare classique sur l'ensemble des blogs que je fréquente. En tout cas pas récemment.

On s'en fout un peu, on n'est pas fan de musique classique, en général (du moins, je pense), et il faut avouer que Albeniz, hein, ça ne vaut pas une bonne saucée de Muddy Waters.

Pourtant elle est là, la guitare à cordes nylon, bon, on l'entend régulièrement dans nos morceaux préférés (tiens, Blood on the Rooftops, au hasard - mais, ne serait-ce pas un morceau "classique"?), mais ça n'est pour nous qu'un autre type de guitare utilisable pour varier nos sonorités et coller à nos humeurs.

C'est, bien sûr, beaucoup plus que ça, et la culture classique me manque pour vous parler des Segovia, Yepes, Lagoya et autres grands interprètes des compositeurs classiques...

La guitare a toujours souffert de son manque de puissance sonore pour l'intégration aux grandes formations classiques, et les morceaux se jouent soit guitare seule, soit "chacun son tour", mais, personnellement, je ne suis pas fanatique.

Je laisse à Emmanuel Rossfelder, qui a le mérite d'être le fils spirituel de Diana Ross et de Don Felder (guitariste des Eagles, pour ceux qui ont loupé les précédents), le soin de vous montrer ce qu'il sait faire, et de vous expliquer comment il le fait.

Ses conseils de position et ses précisions avunculaires (m3rd3, non, ça c'est l'oncle), unguéaux (l'ongle, c'est celui-là) ne sont pas à négliger, surtout pour ceux qui jouent régulièrement du picking, en folk ou country.

N'hésitez pas à regarder des vidéos du bonhomme, c'est un talent incroyable...

Emmanuel Rossfelder (lien de sécu)

Après le Retour du Roi...

...I'm talking about Boss "Patwon" François, qui nous annonce avoir trouvé chaussure à son pied et guitare à ses doigts, quelques cadeaux de bienvenue.

Si, si, ça me fait plaisir:

- 2 pochettes de Uriah Heep (délectables), la seconde était un miroir, en fait, la photo rend peu le phénomène.








- et la tab de "Blood On The Rooftops", qu'il puisse se faire les doigts là-dessus...

mercredi 6 août 2008

On se réveille!!

Bon, c'est pas le tout, c'est bien beau de reprendre le taf et de pleurer sur les vacances terminées, mais MERDE!

Il faut réagir.

Pour celà, on va secouer le singe. Si,si.

Je vous propose 3 petites vidéos.

Voici Uriah Heep, pour ceux qui ont connu, un groupe phare (?) des 70's, dont le guitariste Mike Box avait la particularité de ne jamais prendre de chorus. Un anti guitar hero?

Easy Livin' (lien de sécu)



Je vous propose de re-shaker your booty avec Blue Oyster Cult, autre groupe indispensable , dont la particularité est d'avoir possédé un des guitaristes qui aurait pu être le plus brillant de son époque, mais qui s'est un peu fait "étouffer" dans BOC (Donald-Buck Dharma-Roeser).

Cities on Flame (lien de sécu)



Pour finir, on calme le jeu avec un des plus beaux morceaux de Genesis, à mon avis, interprété, ben, pas par Genesis, à part son élément guitaristique Ô combien indispensable dans cet exercice précis (je vous cause de Steve Hackett, évidement...)

Blood On The Rooftops (lien de sécu)



Si après ça, vous ne passez pas une bonne nuit, écoutez de la technonique.

dimanche 3 août 2008

Back Home

Home, home again...
I like to be here, when I can,
When I come home, cold and tired

It's good to warm my bones beside the fire.

Far away, across the field
The tolling of the iron bell

Calls the faithfull to their knees

To hear the softly spoken magic spell.




Breathe
(lien de sécu)


inhabituel.

samedi 2 août 2008

Un Cadeau de Sobe...


...pour compenser la tristesse du retour de vacances...

on repart en fin d'après-midi, début de soirée pour essayer d'éviter les bouchons.

là, c'est ranngement, valoches, nettoyage, etc...

un peu de blues, mais un blues "joyeux" (oxymore?).

j'ai mis cette superbe photo en taille initiale (140 ko) pour les "fans du Flamant Rose", comme dit Sobe, qui seraient tentés d'en faire un fond d'écran, comme votre serviteur...

...et qui n'auraient pas oublié que Pink et Floyd étaient des bluesmen.

(si vous avez oublié les titres de certains albums, le 2, au hasard, allez voir ici).

Trouble in mind,
I'm so blue,
But I won't be blue always,
'cause that sun gonna shine
On my backdoor someday.

vendredi 1 août 2008

Une Question d'Âge?




A la suite de l'anniversaire de notre ami Guy, et d'un article dur le blog de jeanmimi sur Quin Sullivan, le "jeune prodige" qui joue d'ailleurs un titre avec Buddy sur son dernier album, je blogue cette vidéo de BG accompagné de Jonny Lang, alors agé de 16 ans.


Pour mémoire, Jonny a commencé sa carrière professionnelle à 14 ans, et connaît le succès depuis. Mais combien de "Jordy de la guitare" se sont "shot down in flames" ou plutôt disparus dans l'indifférence générale, après un passage sous les spotlights?

Débat ouvert. Comme je l'ai suggéré sur le blog de notre ami, étudiez les carrières de Jonny Lang, Joe Bonamassa et Derek Trucks, par exemple. Ou de Nawfel, tiens...

Little by Little (lien de sécu)


Creative Commons License
Cette création est mise à disposition sous un contrat Creative Commons.