samedi 29 novembre 2008

Jerry Douglas (WLT)

...ou retour au Bluegrass.

Je sais qu'il y a assez peu d'amateurs de ce style sur ce blog, mais je me permets d'en rajouter une couche, vous l'avez compris, arrivée de la phrase magique: "parce que c'est MON blog!".

Qui plus est, après un post de Jipes sur les résonnateurs, j'ai eu envie de ré-écouter Mr Jerry Douglas, un des grands bonhommes du Dobro, si ce n'est le plus grand.

Débarrassons nous des liens habituels, wikipédia, site officiel, pour nous interesser au personnage.

Né en 1956, une des meilleures années après 1960 (n'en déplaise à notre ami Aeux -qui nous doigt doit un post sur Popa Chubby en concert), Jerry Douglas, en activité depuis les seventies, possède un palmarès impressionnant: 11 albums solos, présent sur plus de...1600 albums, de Ray Charles à Elvis Costello, en passant bien sûr par Dolly Prane Parton, Emmylou Harris et, surtout, Allison Krauss. 12 Grammy Awards, et un surnom, "Flux", en référence à sa vitesse d'extraterrestre sur un dobro...

Jerry joue sur des résonnateurs Beard (qui distribuent entre autre les fameuses "National Guitars"), qu'il joue à plat, le bras placé sous la sangle de façon tout à fait typique. Le type de résonnateur utilisé est un peu différent par rapport à ceux dont on joue de façon conventionnelle, leur manche est dit "carré", plus épais que les dobros classiques. Difficile de savoir quel "type de cône" se trouve à l'intérieur, logiquement, il devrait s'agir d'un "spider", préféré en pricipe par les joueurs de bluegrass, contraitrement au "biscuit", apanage des bluesmen.


Depuis 1998, il est un des 5 piliers de Allison Krauss & Union Station (AKUS), avec Dan Tyminski, Ron Block et Barry Bales, bande de joyeux drilles dont je ne saurais trop vous conseiller le DVD live 2002.

Jerry a tout fait: du bluegrass classique, du Newgrass, de l'expérimental, tout ce que vous voulez. Il est, à mon sens, le plus grand joueur de dobro de la planète, mais ça n'est qu'une opinion.

Je vous propose une vidéo du fameux AKUS live 2002, où il fait une petite performance solo à pas piquer des hannetons...

A Tribute to Peador O'Donnell (lien de sécu)



yes, sir!
oh! j'ai failli oublier! écoutez-le: il est WLT

mercredi 26 novembre 2008

A New Grattonaute


Après l'annonce de la sortie de la Strato Yngwie Malmsteen, une autre nouveauté, beaucoup plus importante, l'arrivée sur le Ouèbe de la nouvelle version du blog franciscain:


Ah oui, pardon, quand je dis franciscain, n'y voyez aucune connotation religieuse, c'est juste l'adjectif qui se rapporte à François, comme leftynien à Lefty et ™ à 12Bb.

Donc, Long Live The King et bon vent à cette nouvelle mouture encore en chantier, votre serviteur étant en principe un des co-rédacteurs de ce blog "mutualiste", ça serait bien qu'on arrive à faire quelque chose de sympa.

A bientôt sur le nouveau blog!

mardi 25 novembre 2008

News From Fender

...mon ami Léo Fender m'a écrit une petite bafouille, je me fais donc un plaisir de relayer l'info:
après la Black Strat de David Gilmour, c'est une Strato Yngwie Malmsteen Tribute qui sort en fin de mois et non en faim de moi (NdPsy: avec l'ego que tu te trimballes, l'expression est pourtant appropriée...).
(autant que je me souvienne, le modèle YM existait déjà, me tromps-je?),



par contre, je n'entrerai pas trop dans le détail, et vous laisserai le soin de vous renseigner ici par vous même, n'étant pas fan de Malmsteen et des strato à touches escalopes scalloped...

enfin un article court!..

jeudi 20 novembre 2008

Relai des Comments de François


Tout ému, notre patwon favori a essayé de mettre des liens dans ses comments, et, comme d'habitude, il a foiré...

Donc, les liens sur 2 articles qu'il vous recommande, sur un futur blog qui existe mais pas encore...

Je sais, ça rappelle les Envahisseurs...

Notre rencontre IRL, ou "Le Sommet du G2".

La vision franciscaine du concert de JB, ou "Joe Bonamassa à Ramonville".

mercredi 19 novembre 2008

Concert de Joe Bonamassa: Les Bonus


ou: HAPPY BIRTHDAY FRANÇOIS!


Profitant lâchement de l'occasion (un grand merci à Aeux pour son rappel d'agenda...), en l'occurrence l'entrée de Mr François, dit "Patwon", Seigneur et Maître de la Nébuleuse du Grattonaute, dans la galaxie des cinquantenaires, les Lefty Chronicles vont aujourd'hui jouer les paparazzi et vous dévoiler TOUT (ou presque) ce que vous avez voulu savoir sur le grand homme sans jamais oser le demander.

L'article aurait pu s'appeler "IRL", mais l'actualité en a décidé autrement. Pouvant enfin me targuer de connaître l'homme, hospitalier, avenant, tenace et sûr de lui, j'ai décidé de vous le présenter, à vous, lecteurs assidus de cette Grattosphère qui bouge, gratte, cause et rigole.

L'occasion? Nous l'avons vécue Dimanche 16 novembre 2008, à Ramonville, lors du concert de Joe Bonamassa. Alors, sans plus attendre, je vais vous présenter ci-dessous, en gros plan et en couleurs, cet homme délirant, heureux possesseur d'une guitare Lag type SG qui fait des sons quand elle le souhaite, et d'une Lulu à qui nous devons à 100% le super bonus ci-dessous (histoire à suivre)

Rencontre du 3ème Type

©Lulu 2008

Donc, faisons les présentations, de gauche à droite: Lefty, Joe Bonamassa et FRANÇOIS!

Eh oui, vous l'aurez compris, ayant bien anticipé l'occasion, Joe a tenu absolument à souhaiter l'anniversaire de Patwon, un peu en avance. Non, j'déconne...par contre, c'est incroyable ce qu'il fait jeune! (NdE: c'est parce que vous faites vieux - NdPsy: ça, c'est bien envoyé!) c'est vrai aussi qu'il n'a "que" 31 ans
(NB: l'image gagne à être vue dans un "nouvel onglet", elle est aux dimensions maxi).

Pour conclure ce billet, un grand merci à Mr Joe Bonamassa pour avoir accepté de faire cette photo, avec gentillesse, à pas loin d'une heure du mat'. Cela nous a permis de lui présenter nos félicitations au nom de l'ensemble des blogueurs et participants à nos blogs, de lui dire les choses qu'il doit entendre 50 fois par jour, que nous l'apprécions, que le voir en réalité vaut mille fois l'écouter seulement, et qu'il devrait nous rendre visite plus souvent, car il sera toujours le bienvenu. Il nous a répondu que "next time, Paris 2009", et "cheers!"
le deuxième remerciement à Lulu, fillotte de François, qui a su pousser les 2 croûtons à oser s'approcher du bus de Joe pour entrer en contact, avec une persuasion "toulousaine"

je cite Lulu: "pt1g, les papas, vous avez rien dans le pantalon, il est à 2 mètres de vous, si vous n'allez pas le voir maintenant, vous ne le verrez jamais!" fin de citation.

je cite Patwon: "j'ai attendu jusqu'à 50 ans pour jouer au fan, alors, j'irai jusqu'au bout!" fin de citation.

je cite Lefty: "je peux pas. sans déconner, je peux pas. je suis trop timide, on va quand même pas aller taper à la porte du bus, on va déranger. et pis, je saurai pas quoi dire" fin de citation.

un final en apothèose pour la sublime soirée d'une superbe journée!

Bon Anniversaire, François! (lien de sécu)


lundi 17 novembre 2008

Joe Bonamassa au Havana Club



Pour fêter le premier anniversaire des Lefty Chronicles, j'avais un choix à faire pour le cadeau: mettre la clef sous le paillasson ou alors, faire le voyage aller-retour vers Toulouse pour aller à la rencontre de Joe Bonamassa.

Bon, assez rigolé: j'ai choisi la deuxième option, vous vous en doutez. D'autant que le concert a donné lieu à un autre évènement: la rencontre avec François, "Mr Grattonaute" ou "Patwon" selon les moments. Mais, cela fera l'objet d'un article à part entière, les choses à dire étant nombreuses, diverses et variées.

Concentrons nous sur l'essentiel: Mr Joe Bonamassa, en concert unique en France, à Ramonville, tout près de Toulouse, au Havana Club, haut lieu de la musique du sud-ouest, tiens, pour les gars du coin, une des prochaines programmation sera Popa Chubby, fin Novembre ( Spécial Dédicace pour Sobe, à la même période, les Nèg' Marrons).

Après un début de soirée en forme de quête du Saint Graal (où est-ce qu'on bouffe?), nous voilà arrivés dans le Saint des Saints, ce Havana Club qui me rappelle furieusement le Rockstore de Montpellier où j'avais vu Robben Ford courant Octobre. Très sympa, assez bien rempli, plein de petites tables où des gens sont installés, ce qui permet de se caler juste derrière des gens assis, en évitant d'avoir devant soi trois joueurs de basket qui font un peu brise-vue...

Dans la salle, Fraser Anderson est déjà au boulot. Armé de sa Takamine électroacoustique, il distille des chansons pop de bon aloi, avec une technique d'accompagnement sans reproche et un son clair, riche et puissant. Nous avons assisté au dernier quart d'heure de sa prestation, très sympa, comme le bonhomme, qui se permet de plaisanter et d'annoncer la "star" de la soirée. Il a réussi, à certains moments, à me faire penser à Kelly Joe Phelps, mais, hélas, plus souvent à James Blunt...

21h10: côté gauche de la scène, je le vois bien de là où je suis, un bonhomme sangle sa guitare, hoche la tête...et c'est parti, la scène est vide, mais le "son Bonamassa" remplit déjà la salle. C'est âpre, dur et rockailleux à souhait; zut, je ne reconnais pas le morceau, et pour cause, il s'agit de "Ballad of John Henry", un des titres de l'album à venir en 2009, qui sera éponyme. (mais non, pfff, il s'appellera pas éponyme mais "The Ballad Of John Henry").

Comment je le sais? Aaaah, premier bonus, grâce à François, son charme incontestable et son insistance diabolique, un membre du staff a récupéré et nous a donné la setlist (que vous voyez en photo) après le concert, et que j'ai mise sous verre, une relique précieuse!..

Bon, ça passe très bien, le volume n'est pas excessif, quelques problèmes de balance entre guitare et voix, mais, ça se règle à peu près au cours du concert.

A partir de là, les choses s'enchaînent, et assez vite: JB prend assez peu de pauses et enfile les perles les unes après les autres. Il distille le froid et le chaud, le sucré et le salé, le lent et le rapide, variant son jeu et ses rythmes d'une chanson à l'autre, affûtant sa voix au fur et à mesure...

Le public réagit, je réagis, François réagit, j'ai vraiment l'impression d'assister à un grand moment. Joe va égréner le chapelet de ses techniques et finesses, à la LesPaul, signature ou pas, et à l'acoustique (sorry, guys, j'ai pas identifié la marque), en particulier pour une version unplugged (en quelque sorte) de "High Water Everywhere", et un "Woke Up Dreaming" de feu...

Voyez la setlist en annexe pour l'ensemble des morceaux: le concert durera 1h50, "encore" compris. C'est bien. On serait bien restés plus longtemps à l'écouter, mais bon...

Mr Bonamassa nous passera donc une autre nouveauté de son prochain album, après nous en avoir parlé ("The Great Flood"), 5 tracks de "You and Me", 3 de "Sloe Gin", 2 de "Blues Deluxe" et 2...d'origine inconnue mais souvent présents en live ("Mountain Time" et "Just Got Paid").

Quelle technique, quel toucher, quelle vélocité, quelle variété, ouais, bon, stop! Vous allez encore dire que je m'enflamme...mais c'est le cas. Et il y a de quoi. Parce qu'en plus, l'homme ayant un talent certain pour chauffer le public, il ne s'en prive pas et fait participer, vient à la provoc', se lance des défis, enfin, nous fait un grand show. Ce serait critiquable s'il était mauvais, mais devant son incroyable qualité de jeu, on ne peut qu'applaudir et siffler (j'ai bien sifflé, hein, patwon?).


N'oublions pas les musiciens remarquables qui permettent à Joe de s'exprimer en toute tranquilité, vu leur talent: Carmine Rojas (basse), Rick Mellick (claviers) et Bogie Bowles (batterie), irréprochables et inspirés.


Je n'ai pas de critiques à faire sur ce concert, en dehors du fait qu'il était loin de chez moi (300 km) et unique en France (d'après Joe, il a choisi Toulouse parce qu'il s'y est beaucoup amusé la dernière fois qu'il y est venu). Un pur moment de régal musical et guitaristique, une soiré de déconnante avec François et sa fillotte (Lulu si tu m'as lu salut!), et la preuve si besoin en était que Joe Bonamassa c'est du très grand, de la valeur sûre, du rock aérien comme lourd, de purs moments de blues, enfin, ça n'est pas facile de faire un éloge raisonnable.

Je laisse le mot de la fin à François qui me disait, en sortant de la salle:

"je comprends pas; la rythmique, le truc, je sais pas comment il fait, comment il arrive à...parce que la rythmique, il suit comment, c'est compliqué, je comprends pas, la structure...il remplit l'espace, et...je comprends pas..." (moi non plus, j'ai rien compris à ce qu'il me racontait..)

Bon, à sa décharge, Pawon avait bu une bière, je pense que ça l'a déstabilisé...en tout cas, je pense que Joe Bonamassa compte un fan absolu supplémentaire depuis hier soir...

Setlist:
Ballad of John Henry
Bridge to better days
So many roads
Mountain time
another kind of love
Sloe gin
The great flood
High Water everywhere
Your funeral my trial
Blues deluxe
Woke up dreaming
Just got paid
One of these days
Asking around for you

Remarque IMPORTANTE: cet article comporte un bonus caché que vous trouverez quand j'aurais décidé de l'y mettre, mais, vous ne serez pas déçu du voyage, comme moi...

Blues Deluxe (lien de sécu) un classique dont on ne se lasse pas...



See You Soon, Joe!

Ne touchez pas à votre aggrégateur!

...il fonctionne parfaitement, du moins, je vous le souhaite!

Non, il s'agit effectivement d'un nouveau post sur les Chronicles, après un temps de réflexion.

Après avoir réfléchi, cogité, pensé, calculé, supputé, j'en passe, il me fallait bien...pardon? Non, j'en passe n'est pas un verbe français plus ou moins synonyme de penser (c'est bien, je vois que vous n'avez pas changé...).

Il me fallait bien, disé-je, prendre une décision, ce qui est fait (NdE: oui, parce que je lui ai botté le luc, aussi...).

On ne va pas plier boutique, on va donc ralentir très nettement la production et les publications, ne me demandez pas forcément une fréquence, je n'en sais rien, ça fonctionnera selon les disponibilités, à la fois personnelles et des sujets interessants (NdT, qui reprend aussi du service aussi: vous comprenez cette phrase, vous?).

Qui plus est, un vent de renouveau flotte sur le monde de la bloguerie guitarisitique francophone (NdPsy, présent, l'équipe éditoriale est donc au complet: bon, on ne revient pas sur les bases du cas Leftynien), avec réformes à la clef et nouvelle structure en vue. Dont j'espère être membre actif (mais non, pas celui-là, tas de cochons) sous une forme que vous découvrirez, euh, eh ben, quand on aura décidé de vous en parler.

Moins de posts, moins de musique perso, mais un essai de donner plus de qualité dans les 2 cas et de rester fidèle aux réponses à vos réponses, ce que j'ai tendance à appeler un dialogue.

Voilà, on se remettra donc au boulot dès qu'il y aura matière; i.e. tout de suite, avec LE meeting IRL François-Lefty, rassurez vous, il ne s'agissait pas d'un combat de boxe poids plumes légers moyens lourds, mais d'une vraie rencontre, entre 2 grattooliques, pour une occasion d'article en or:

JOE BONAMASSA AU HAVANA CLUB,
Ramonville, Haute Garonne, France


et ÇA, c'est mon prochain post.



alors...heureux?
Creative Commons License
Cette création est mise à disposition sous un contrat Creative Commons.