mercredi 25 mars 2009

The Soul Of A Man-Wim Wenders

Dans la série "Martin Scorcese présente le Blues", j'ai regardé récemment le film de Wenders. Pour ceux qui ne connaissent pas la série, Scorcese a confié à 6 réalisateurs plus lui-même la réalisation de 7 films sur le blues, l'ensemble est paru en 2003 et réunit, oh, si peu, Scorcese, Wenders, Eastwood, Figgis...et donc, ça parle de blues. Sans déconner.

The Soul Of a Man étudie l'histoire du blues à travers 3 de ses représentants: Blind Willie Johnson (qui n'est pas le frère de Robert), Skip James et JB Lenoir.

Franchement? Allez, je ne connaissais que (très) vaguement le premier. Leurs histoires sont de celles qui ont motivé un article célèbre de notre confrères des Pierres-qui-Roulent, M. Pentaminor.

Blind Willie est mort en 1945 des suites des brulûres liées à un incendie, l'hopital du coin ayant jugé inutile de soigner un noir, aveugle en plus...





(issu du film de Wenders, on ne possède en fait qu'une seule photo de BWJ, soit moitié moins que Robert Johnson, ce qui n'en fait pas non plus son demi-frère.)


JB Lenoir est mort en 1967 des suites d'un accident de voiture, l'hopital du coin ayant jugé qu'il n'était pas vraiment blessé. Renvoyé chez lui, il mourut 1 heure plus tard d'une hémorragie interne.




(Slow Down, le pattern est très semblable à celui de "Key To The Highway" - matez la "archtop", je ne vois pas la marque, on dirait une Eastman d'aujourd'hui...)


Skip James a joué le blues jusqu'en 1931, après quoi, il est allé faire autre chose. Probablement prêtre baptiste. En 1964, il a été retrouvé en train de mourir d'un cancer à l'hôpital du coin. On l'a ressorti pour le festival de Newport. L'année suivante, Cream reprenait son "I'm So Glad", ce qui a payé les frais d'hosto, à permis à Skip d'être opéré de son cancer, et de n'en mourir que 3 ans plus tard, en ayant enregistré plein de nouvelles chansons entre temps.




(Crow Jane, reprise maintes fois, tiens par l'ami Derek Trucks, entre autres - images issues du film, mais c'est bien Skip James, avec sa voix haut perchée { au passage, Hard Times Killing Floor, c'est de lui} et son remarquable picking)

Les 3 bonshommes sont considérés comme des influences majeures du blues et, Damn It!, je veux bien le croire, Johnson pour son lien avec le chant religieux (et pas avec Robert, donc) et sa voix rauque, James pour son chant particulier et son picking précurseur, et enfin Lenoir pour son évolution vers un blues "revendicatif" (Alabama, Vietnam Blues) et ses interprétations plus "modernes".

Moralité?

Écoutez ces 3 artistes.
Procurez vous les films de la série The Blues, par Martin Scorcese.
Venez voir mon blog
Écoutez aussi du blues.
Sortez couverts.
Jouez du blues de la musique.

Lorsque JB Lenoir est mort, John Mayall a composé "The Death Of JB Lenoir", un superbe blues qu'il a interprété avec les Bluesbreakers. Magnifique.




Liens utiles

# musique
Nehemiah "Skip" James
Blind Willie Johnson
JB Lenoir
Robert Johnson
John Mayall
Blues

#cinéma
Martin Scorcese
Wim Wenders
Martin Scorcese présente Le Blues

"...'cause I had heard...and said hey, this is the blues, this is what it's all about..." (Hubert Sumlin)

samedi 21 mars 2009

Mark Knopfler, un début...



...ou un hommage à un des "grands de mon power trio", sur qui je n'arrive pas à me décider à faire un article.


Alors, autant l'écouter.


Dans un duo avec Sonny Landreth, "Je Suis Désolé"



Dans une cacophonie avec Clapton, Collins, Sting..., "Money For Nothing"



Dans son meilleur morceau, "Song For Sonny Liston"



vendredi 13 mars 2009

51st Grammy Awards: Album Of The Year


Comme j'aime bien vous surprendre, je fais un nouvel article je vous parle d'un album improbable.
Pas tant que ça si l'on y songe, puisqu'il a remporté 5 Grammy Awards à la cérémonie de Février 2009, et non des moindres, puisqu'il a remporté le titre suprême d'Album de l'Année...


"Raising Sand", qui date en fait de fin 2007, est issu de la collaboration assez inattendue de Robert Plant (j'entends déjà ricaner ceux qui me connaissent) et d'Alison Krauss, ou "quand LedZep rencontre le bluegrass"...

Ma "méfiance moqueuse" à l'égard du screamer de Led Zep se transforme là en admiration pour une performance tout en soft, en harmonies, en folk, serait-on tenté de dire, vu que le personnage semble depuis plusieurs années s'orienter dans cette direction.

Et Alison, alors? La douceur habituelle, le "mellow"...qui se transforme en "screaming" juste quand il le faut! J'avoue que l'ensemble m'a un peu laissé sur les fesses et que l'écoute est agréable, c'est bien le moins que l'on puisse dire...

La tracklist:
  1. "Rich Woman" (Dorothy LaBostrie, McKinley Millet) – 4:04
  2. "Killing the Blues" (Roly Jon Salley) – 4:16
  3. "Sister Rosetta Goes Before Us" (Sam Phillips) – 3:26
  4. "Polly Come Home" (Gene Clark) – 5:36
  5. "Gone, Gone, Gone (Done Moved On)" (Don Everly, Phil Everly) – 3:33
  6. "Through the Morning, Through the Night" (Gene Clark) – 4:01
  7. "Please Read the Letter" (Charlie Jones, Michael Lee, Jimmy Page, Robert Plant) – 5:53
  8. "Trampled Rose" (Kathleen Brennan, Tom Waits) – 5:34
  9. "Fortune Teller" (Naomi Neville) – 4:30
  10. "Stick with Me, Baby" (Mel Tillis) – 2:50
  11. "Nothin'" (Townes Van Zandt) – 5:33
  12. "Let Your Loss Be Your Lesson" (Milton Campbell) – 4:02
  13. "Your Long Journey" (Arthel Lane, Doc Watson, Rosa Lee Watson) – 3:55
Les musiciens (matez les collaborateurs, quand même...):Le matériel est constitué de reprises d'auteurs connus, de Tom Waits à Doc Watson, en passant par les Everly Brothers ou hum, Jimmy Page.

Les Grammy Awards:
  • Album de l'Année
  • Meilleur Album Folk Contemporain/Americana
  • Enregistrement de l'Année (artistes, ingénieur du son, producteur...pour un morceau ou une piste): "Please Read The Letter"
  • Meilleure Collaboration Vocale Pop: "Rich Woman"
  • Meilleure Collaboration Vocale Country: "Killing The Blues"

Les liens utiles:

Wikipédia
Robert Plant & Alison Krauss

Amazon.com (remarquable analyse en bas de page)
Grammy Awards 2009


Quel plaisir d'écoute, c'est "du sirop pour la toux" comme dirait certain chanteur hexagonal (non, pas sa forme à lui, crétins) , un pur moment de détente ponctué de sautes d'humeurs rockabilly, voire rock...qui m'obligent à dire du bien de Robert Plant, C'EST VOUS DIRE!

NB: un juke box sur le site vous permet de vous faire une idée de tus les morceaux.


Gone, gone, gone (lien de sécu) des Everly Brothers
on apprécie le kitsch de la vidéo...



mardi 3 mars 2009

JJ Cale: Roll On

Je vous le disais, peut-être en d'autres lieux, mais la fin 2008-début 2009 nous amène un lot de bonnes choses.

Je découvre avec une stupéfaction mêlée d'étonnement que l'ami JJ Cale nous sort un nouvel opus le 9 Mars: ça s'appelle "Roll On", et les critiques des veinards qui ont pu l'écouter sont élogieuses, voyez plutôt!

JJ est en solo, avec Eric Clapton en guest sur une chanson (la chanson titre).

Critique à venir dès que je l'aurai écouté qu'il sera sorti, mais, bon le "Tulsa Sound", ça fonctionne toujours aussi bien, je confirme.

Tracklist
1Who Knew
2Former Me
3Where The Sun Don't Shine
4Down To Memphis
5Strange Days
6Cherry Street
7Fonda Lin
8Leaving In The Morning
9Oh Mary
10Old Friend
11Roll On (feat. E. Clapton)
12Bring Down The Curtain
Un duo qui me fait toujours tripper en attendant.

After Midnight, Crossroads 2004 (lien de sécu)

dimanche 1 mars 2009

Un guitariste mélodique

...comme il se présente lui-même, par opposition à ceux qui n'ont pas la chance de l'être. Ça ferait le bonheur d'un certain Sarssipius sur son MuzicoBestiaire.

Nous parlons, of course, de M. Neil Zaza, jeune guitariste dont la vidéo qui suit vous prouvera qu'il est "l'idole des jeunes", oui, je sais, j'ai vu "Gran Torino" Vendredi, ça laisse des traces (oui, le jeu de mots est débile).

Zaza avait le mauvais goût de jouer sur des PRS, me semble même qu'il avait un modèle dédicace, mais il est passé à la concurrence, chez Cort, en l'occurence (merde, ça rythme rime, en plus...).

Sa musique? Vous en avez un échantillon ci-dessous. Techniquement avancé, spécialiste de la Masterclass, il possède un style qui ne peut laisser indifférent.

Personnellement, il me laisse froid (donc, pas indifférent): à écouter du Eric Johnson, je préfère l'original, il est nettement meilleur...

Point positif, l'article est tout plein de bleu, ça va bien avec le blog et mon "mood" de ce soir.

I'm Allright (lien de sécu)

Creative Commons License
Cette création est mise à disposition sous un contrat Creative Commons.