vendredi 23 mai 2008

J'en ai rêvé, Sonny l'a fait

J'ai rêvé d'un album où un grand guitariste que j'apprécie inviterait un tas de copains à lui, qu'il choisirait parce que je les aime beaucoup également, et jouerait des compos interessantes, bien ficelées et bien arrangées, en évitant le piège de l'album de duets à 2 balles, fait en 3 jours pour faire mousser les copains.

Exercice difficile, s'il en est. De tels disques existent déjà probablement. En tout cas, à compter de ce jour, il en existe un de plus, et, foie, non fois, zut foi de Lefty, il s'agit d'un album qui devrait compter dans mon histoire du rock. Si, si, à ce point-là.

Le mieux? c'est de cheminer tranquillement en suivant le fil de l'album, pendant que je l'écoute (5 ème fois de puis cette nuit, 1ère à 2 heures du mat', je sais, c'est pas raisonnable, mais je ne pouvais pas dormir.).

"From The Reach" by Sonny Landreth

1. Blue Tarp Blues (with Mark Knopfler)
2. When I Still Had You (with Eric Clapton)
3. Way Past Long (with Robben Ford)
4. The Milky Way Home (with Eric Johnson)
5. Storm Of Worry (with Eric Clapton)
6. Howlin' Moon (with Dr. John and Jimmy Buffett)
7. The Goin' On (with Vince Gill)
8. Let It Fly (with Nadirah Shakoor)
9. Blue Angel (with Robben Ford and Vince Gill)
10. Uberesso
11. Universe (with Vince Gill)

Vous vous faites gauler dès les premières mesures de "Blue Tarp Blues", la voix typique de Sonny, et puis Markie apparaît, dans une forme éblouissante, LesPaul grasse à souhait, avec ces syncopes qui rendent son jeu si typique enfin retrouvées, le toucher, la simplicité, la totale. On est loin de son dernier opus merdique. Knopfler assure aussi les backing vocals, of course, mais le phénomène va se répéter dans tout l'album: tous les chanteurs partagent les lyrics avec M. Landreth.

Slowhand au rendez-vous sur "When I Still Had You", pas de mystère, c'est un grand admirateur de Sonny ("the most underestimated guitar player of all times"), et là, il assure sévère, même remarque que pour Knopfler, backing vocals discrets et seyants, jeu de guitare totalement adapté, complémentarité à 100%. Un son dur et gras, comme Sonny l'apprécie.

"Way Past Long". Robben Ford. Quelqu'un que je connais peu. Ouais, eh ben, je vais m'intéresser à lui, là... Un morceau superbe, des voix partagées, une (je pense) Telecaster qui twangue grave, {note du 25/05/08: Lefty perd l'oreille. R. Ford travaille avec des LesPaul-like par Samashta...} Sonny qui slide, Robben qui choruse cool, impressionnant, et déjà ce mot qui revient, "complémentarité", ça devient net, cette première prod' de la nouvelle maison de Landreth a calculé, arrangé et ficelé le truc aux petits oignons. Sonny adapte ses morceaux et son jeu à celui du guest, qui fait de même...

Tiens donc, il y a Eric Johnson? Qu'est-ce que ça va bien pouvoir donner, cette association? Réponse: peut-être la meilleure de tout l'album, sur cet instrumental à 2 voix, qui frise le "progressive rock", Sonny attaque dans son style, Eric répond dans le sien (grosse forme!), et Sonny de surenchérir, EN JOUANT DU ERIC JOHNSON A LA SLIDE! C'est le deuxième constat de l'album: SL montre déjà qu'il est un des (LE) meilleur slider actuel (et passé), au sommet de sa technique, petit sourire aux jeunots qui montrent le bout du nez...vous avez encore un GROS client devant vous

Retour de Clapton dans "Storm Of Worry", un autre constat, Sonny respecte ses sources d'inspirations et de jeu habituelles. Slowhand joue le backline sobrement et le frontline efficacement, c'est brillant, c'est énorme, c'est un régal. C'est redevenu TRÈS rock, tout d'un coup, avec ce "rock-blues en mineur" que SL affectionne.

Arrive "Howlin' Moon", 2 guests, Dr John aux claviers et Jimmy Buffet aux voix. Waow! On garde un rythme enlevé, on met un "clavier intelligent", on rajoute des voix "fantomatiques" et ça donne un morceau qui décoiffe, toujours sur une frontière entre deux pays difficiles à définir, mais l'orgue et le piano sont les bienvenus, ils cassent un peu le "gros son guitare" entendu jusque là.

Vince Gill vient prêter sa guitare et sa voix à "The Goin' On", morceau plus ciblé country, mais bon, de la vraie, de la qui joue bien, de la bonne, de la colombienne, euh, non, pardon...
Sonny envoie ses slides inspirés, et Vince cale son énorme technique pour un chorus d'une rare efficacité...Les 2 voix se complètent à merveille, et j'ai lu l'adjectif "gentlemanly" pour qualifier l'intervention de Vince sur ce morceau, ça le fait...

"Let It Fly" est un morceau typiquement Sonnylandrethién, ne cherchez pas dans le dico, ou sa voix s'appuie sur ses chorus et sur les backings de Nadirah Shakoor pour délivrer cette ballade sucrée et technique, où l'on distingue quelques guitares acoustiques dans le fond, pour la première fois depuis le début...Sonny garde un jeu ericjohnsonien sur ce morceau (non, toujours pas dans le dico).

"Blue Angel", ou le retour de Robben Ford, le retour du bonheur, un "boogie" pas trop rapide ou les voix s'harmonisent au poil, et les jeux de guitare idem. Décidément, on commence à croire que ça va faire un super album. Intervention de Ford, non, là c'est clair, C'EST un super album, purée ça dégage! En plus, "Gentleman Vince" est aussi là, aux vocaux et à la grattounette... Quel pied!

Ah, tiens, voilà"Uberesso", un morceau que je n'aime pas trop, eh ben, mais, je rêve, Sonny l'a modifié, raccourci surtout, pour en faire un hymne à la technique slide qu'il utilise, à ce jeu avec les harmoniques, les cordes étouffées, les staccattos, les..tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur le slide sans jamais oser me le demander....P.t1n, c'est du bon.

On clôt les débats avec "Universe", petit morceau Landreth-Gill en forme de berceuse, comme une relaxation après un moment intense, une phase de récupération, qui ouvrirait presque des perspectives: et si on remettait ça?

Très franchement, quand tu veux, Sonny...

Ben dis donc, je m'aperçois que j'ai fait long. Ça tombe bien, parce que je n'ai pas fini, il manque l'antithèse, la synthèse et la conclusion...

Antithèse, vite vu: presque rien à dire, sinon que Sonny a choisi un album 100% électrique, il n'a pas calé de morceau acoustique, mais c'est délibéré. Respectons (un album de duets acoustiques, un jour?).

Synthèse.

Bon, ne tournons pas autour du pot, je sais que je nage dans l'euphorie de mon succès scolaire, mais ça ne change rien au fait qu'il s'agit là pour moi d'un album important et marquant dans la musique rock et la guitare Agamemnon, non, du même nom qui est d'ailleurs un adjectif

NdE: Lefty s'égare. La Ritaline® ne suffit plus. Ou alors, c'est la dose.

Si vous êtes amateur de guitare, vous vous devez d'écouter ce truc, je n'aime pas les superlatifs, mais dire que c'est le chef d'oeuvre de Sonny Landreth et, je l'espère et n'en doute pas une minute, le triomphe d'un type de musique de d'un musicien génial et en avance sur son temps. Si cette galette ne récolte pas des awards, ça me fera mal au Q (quoique, avec les américains, bref, no comment...)

Conclusion:

"FROM THE REACH" EST LE MEILLEUR ALBUM DE ROCK QUE J'AI ENTENDU DEPUIS PLUS QUE LONGTEMPS.
Il me réconcilie avec la musique, les musiciens, la guitare (mais je n'étais pas fâché) et le monde entier. Il est parti pour tourner en boucle sur ma bécane, mon shuffle, ma voiture et ma tête.

NB: ARTICLE NON SPONSORISÉ.

Uberesso au Crossroads 2007 (au cas où)

14 commentaires:

francois a dit…

Il m'a piqué mon titre !!! (aie, même pas mal.)

Vais peut être l'acheter ce WE, c'est malin de faire de bons articles qui donnent l'eau à la bouche... Déja que Aeux m'a convaincu avec la voix de Pura Fé -Pfff

En fait je connais pas SL sauf évidemment les prestations de Crossroads, mais le lecteur CD de l'autoradio crie famine, alors autant lui donner a becqueter des bonnes croquettes

Jipes a dit…

Bon c'est clair que Sonny a énormément de talent, j'avais bien aimé son album "Outward Bound" et surtout son travail avec John Hiatt au sein des Gooners !

A voir la liste des invités sur ce disque ca fait presque peur ;o) En tous cas tu as l'air conquis ca fait plaisir à lire !

12barblues a dit…

Superbe article qui le fait bien justement l'article. Je vais aussi l'acheter c'est une évidence.
Mais je suis très étonné que tu ne te sois pas encore intéressé au gars Robben Ford. Grand Monsieur de la guitare, élégance et feeling, puissance et maitrise. Je l'ai apprécié depuis que je le connais et cela remonte au quintet de Miles Davis et au Yellow Jackets.

Un seul conseil achète et écoute Robben Ford, tu ne le regretteras pas et comme moi tu regardera ton manche en te disant, mince de zut comment fait-il ?

Lefty a dit…

----------------------François

oui, découvre (Sonny, pas toi, Ô Âne), c'est clair qu'il y a un temps de "mise en habitude", il a un son très particulier

----------------------Jipes

ben, oui, je suis vraiment conquis, pour une fois qu'on a des superstars qui ne font pas de la daube...

---------------------12bb

j'ai bien précisé que je n'étais pas sponsorisé...
Robben Ford, à découvrir, ma foi, vaut mieux en avoir toujours quelques uns en réserve...

Sylvain a dit…

De l'intérêt des Blogs : je connais pas le Sonny. A découvrir donc.
Par contre le Robben, oui.
12BB a dit élégance, c'est ça.
Par contre Lefty, attention, c'est du phrasé très influencé jazz ...

Aeux64 a dit…

Lefty convaincant, Aeux convaincu ça sera mon prochain achat.
Sonny est dans son style actuellement le meilleur et les petits gars qui l'accompagnent idem, donc en principe peu de chance d'être déçu.

netgui a dit…

Très belle revue et je vais de ce pas l'acheter cela va de soi. D'autant que Clapton y figure :-)

On peut dire que tu sais transmettre ton enthousiasme :-) j'adore les album varié (blues, rock, fusion) ca m'a tout l'air d'être une pépite.

Lefty a dit…

-------------------------sylvain

je crains effectivement un peu R. Ford pour son côté jazzy. dans From the Reach, je t'assure qu'il fait du pur rock'n roll!

----------------------------Aeux

si tu es un familier de sonny, a mon avis, très peu de chance d'être déçu!

---------------------------netgui

j'espère que tu apprécieras...après le panégyrique de l'album que j'ai fait, si les gars sont déçus (et, bon dieu, ça peut arriver), je vais me faire laminer la tête...

Aeux64 a dit…

Achat effectué, une première écoute vite fait et déjà conquis, pour moi le 4ème morceau de l'album avec Eric Johnson est fabuleux.

Lefty a dit…

Chouette, mon premier "retour"!!!

Ouf, je prends pas un râteau, c'est déjà ça...

Merci, Aeux, pour ces lignes qui détendent mon intestin crispé sur une crainte irrationnelle (peut-être pas tant que ça), celle d'en avoir trop dit/fait, comme toujours...

Lefty a dit…

Un rectificatif: j'ai accusé Robben Ford de "travailler" la Telecaster, me fiant à une première écoute de mes oreilles défaillantes.

Les écoutes successives m'on fait comprendre que j'étais pas bon, je pensais à une ES335 like.

Je n'étais pas loin, a priori Mr Ford travaille avec des Gibson LesPaul et même plutôt des LesPaul-like du luthier Samashta. Dont acte.

Lefty est triste de vieillir et de perdre son oreille légendaire qui lui permettait de reconnaître le type de guitare au son, ou le modèle de voiture au bruit du moteur...

Du coup, je vais pouvoir m'acheter plein de guitares à 2 balles, si j'arrive pas à discriminer la qualité de son, on va pas investir sur de la Gibson Custom à 3 plaques...tu me diras, ya aussi le toucher, mais c'est très surfait!

NdPsy: houla, manifestement, Lefty est vexé. Pas bon, ça, pas bon...

Jipes a dit…

Robben ford a joué très longtemps sur 335 la filiation avec Larry Carlton est d'ailleurs évidente, puis il a joué notamment sur une Fender Spirit comme dans cette photo
http://www.global-artist.net/ap11/ford_report_e.htm

Ensuite il joue très souvent sur une Telecaster crème avec un son de killer ! Notamment après avoir dissous arrêté de jouer avec The Blueline

Lefty a dit…

------------------------Jipes

bon, finalement, je vais me consoler en disant que j'aurais pu avoir eu juste....

parce que c'est vrai que le son est un peu larrycarltonesque, pour suivre la teminologie qui m'est propre...

Olivier a dit…

Salut Lefty,

Belle chronique, elle donne bien envie. Merci à toi
a+
Olivier

Creative Commons License
Cette création est mise à disposition sous un contrat Creative Commons.